Jackson Pollock - Autumn rythm 30

Publié le par Sophie
















Pourquoi as tu jeté toute cette peinture ainsi sur ta toile ?
En fait, tout me paraît un peu fouillis
Je n’arrive pas à suivre où est l’important, le primordial ,dans ta toile,
Tout est au même plan...

Attend je recule...
Encore un peu...

Non vraiment je ne décèle pas de profondeur, de perspective...
Je ne suis pas très habituée à cette vision des plans.
 Y a-t-il un plan dans ta toile ?
Un premier plan, un second... non vraiment je ne le vois pas !

Où sont tes pinceaux ?
Pas la moindre trace !

Remarque tu me fais rire, c’est totalement abstrait, ces couleurs...
Sans vraiment une qui soit marquée.

En fait c’est tout fouillis et en même temps il y a une sorte de geste répété !
On dirait que tu avais bu en la peignant... enfin peindre... tu étais en colère ?
Tu as tout jeté en vrac sur ta toile ?

Aller aller, explique moi un peu ton secret...
Y a-t-il, dans ces fines lignes qui coulent sur ta toile, un message particulier d’angoisse, d’appel au secours ?

Bon attend, je me recule à nouveau...

 Non, décidément,
aujourd’hui je n’ai pas envie de te regarder plus longtemps !


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aurélie 07/12/2006 23:19

Je dois avouer qu'il y a quelques semaines à peine, j'aurais été portée à dire exactement la même chose que toi. "Qu'est-ce que ce désordre? Où es tl'important, qu'est-ce que ça signifie?" Et j'étais vite lassée de Pollock, le trouvant banal, ininterressant, et trouvant bien niais ceux qui voyaient quelque chose de profond dans ces "gribouillis" (qui valent tout de même 145 millions, à ce jour, on se le rappelle!). Mais on m'a expliqué (grosso modo) ce qu'Était Pollock. Et je l'apprécie, désormais! J'aime le point que tu soulèves en te demandant OÙ est l'essentiel dans ce tableau. Eh bien le but de ses tableaux, c'est jsutement qu'aucun élément ne resorte; que ce soit un tout, uniforme, le plus possible. Et les traits de pinceaux? Eh bien il n'y en a pas, parce que Pollock s'était dit que pour arriver à laisser son esprit divaguer COMPLÈTEMENT,il ne fallait en aucun cas toucher à la toile. Alors voila, ce qu'on peut voir sur ces toiles, c'est l'interieur de Jackson Pollock. La genre de "transe créatrice" qu'il atteignait en peignant. Fascinant, n'est-ce pas&

philippe charpentier 21/09/2005 18:19

Je n'avais pas remarqué ces autres articles!une fois de plus je ne suis pas d'accord,des fois il y a plus de "corps"sans pinceaux qu'avec! J'ai vu l'expo à Beaubourg je ne sais plus quand (10 ans? )et au contraire toutes ces toiles m'apparraissaient définitivement figuratives ,comme si vouloir ne pas les toucher n'entravait en rien cette presence et quelle presence!,celle d'un être primaire,donc pur comme l'alcool,sans la culture inutile qui nous enferme dans tant de codes...Pollock la virilité avec l'homme Alechinsky, la féminité sans la femme "You dont know what love is?"voir Ballads et décidemment j'aime les sexes qui s'affirment...bises

systool 05/09/2005 14:45

très belle manière de commenter ces tableaux, en effet.

Quant à Jackson Pollock, j'en ai beaucoup entendu parler et j'ai commencé à chercher des infos...mais je suis vraiment un néophyte question arts. Peut-être que ça ira mieux grâce à ton blog que je mettrai bientôt dans mes liens je pense.

A+

Systool

peset 05/08/2005 21:39

Curieusement en 1973, mon diplôme des beaux arts à Paris ressemblait à un "Pollock"; peintre que je ne connaissais pas à l'époque.
28 années plus tard, je faisais une découverte où le rôle de la gestuelle n'est pas négligeable.
A celles et ceux qui souhaiteraient en savoir plus, je vous renvoie sur google, pages francophones et cliquez:
cezanne picasso peset
Peut-être accepterez-vous le dialogue?
merci

civetta 31/07/2005 11:45

j'aime bcp la manière de commenter les tableaux: le lecteur est obligé de faire pareil...Intéressant